Créer son activité

Monter sa start-up quand on est étudiant

Vous êtes étudiant, vous avez une idée innovante, mais vous préférez attendre la fin de vos études pour vous lancer, car vous vous dites peut-être : « Je ne suis pas « professionnel » tant que je n’ai pas obtenu mon diplôme », « Ai-je les capacités nécessaires pour lancer mon idée ? », « Est-ce que je suis légitime à exercer mon activité, à lancer mon idée ? » La réponse à ces deux dernières questions est oui ! L’État a mis en place un statut et des aides spécifiques pour les étudiants. Alors pourquoi attendre que l’on vous pique l’idée ?

Monter sa start-up quand on est étudiant by Assistanea

Un statut juridique spécifique :
le statut Étudiant-Entrepreneur.

Ce statut a été créé en 2014, pour vous permettre, étudiants, de vous lancer et créer votre entreprise, tout en continuant vos études.

En 2018, 3580 étudiants se sont lancés dans l’entrepreneuriat, pourquoi pas vous ?

Les conditions ?

  • Avoir moins de 28 ans
  • Avoir obtenu au moins le BAC
  • Être étudiant ou jeunes diplômés.

Les principaux avantages ?

  • Pouvoir aménager votre temps d’étude
  • Prolonger votre couverture sociale étudiante.

Parler de son projet

Vous pouvez dès à présent vous exercer à présenter votre projet, en commençant à rédiger un résumé simple comprenant :

  • L’idée de bien ou de service
  • Le besoin auquel elle répond
  • Son côté innovant par rapport à une offre existante
  • Montrer votre motivation d’entreprendre
  • The last but not least, un début de business plan. (suivez le lien pour créer le vôtre en 4 étapes grâce à Aline de The B Boost).

Vous avez aussi le site Bpifrance-création.fr qui regroupe une mine d’informations et de renseignements pratiques pour vous aider.

Intégrer un « Pépite »

Il existe 31 pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (pépite) qui vous permettra de devenir étudiant-entrepreneur. Vous pouvez trouver la liste sur Enseignementsup-recherche.gouv.fr.

Il faut déposer sa candidature entre mai et juin, en remplissant un formulaire disponible sur snee.esr.gouv.fr.

Si votre dossier est retenu, vous devrez vous présenter et présenter votre projet devant le comité d’engagement du Pépite. L’objectif est de tester votre motivation et votre capacité à porter un projet d’entreprise.

Si vous êtes admis, vous obtiendrez le statut d’étudiant-entrepreneur et l’accès à un espace de coworking. Vous aurez aussi la possibilité d’être épaulé par un enseignant et un référent externe issu d’un réseau d’accompagnement et de financement.

Et se faire aider est vraiment un luxe à ne pas négliger.

D’ailleurs, toi qui me lis, si tu as besoin d’aide, je te propose mon service To Do Listanea pour 25€, suit le lien si tu souhaites en savoir plus !!


Rejoins la #TeamAssistanea et reçois ton accès à la Biblio’nea

Tu auras accès à toutes les astuces sur la délégation
&
autres templates et checklists ! 

Chargement …
Yeah ! Tu fais parti de la #TeamAssistanea

Rejoindre un incubateur d’entreprises

Autre solution.

Vous pouvez signer un contrat d’appui d’entreprise (CAPE) avec un incubateur.

La sélection d’entrée est la même que dans un Pépite : un dossier de candidature et un oral devant un comité de sélection.

L’avantage de ses couveuses et incubateurs (ça fait très poulailler tout ça mdr), elles « proposent un l’écosystème très fructueux » d’après Elizabeth Vinay, de BpiFrance Création.

Autre avantage : vous pouvez bénéficier du crédit d’impôt recherche. C’est un dispositif qui permet de déduire une partie des dépenses de recherche et développement des bénéfices de la nouvelle entreprise.


Pour les Étudiants-entrepreneurs, le plan « L’ESPRIT D’ENTREPRENDRE », prévoit entre autres mesures, des « semestres entrepreneuriat » : vous pourrez passer six mois à développer votre start-up et bénéficier d’un accompagnement personnalisé tout en validant des crédits ECTS(European Credits Transfer System).

Ces crédits mesurent le niveau d’études atteint et facilitent la reconnaissance des études à l’étranger. (Notamment dans le cadre d’Erasmus).

La mobilité internationale des étudiants-entrepreneurs doit aussi être facilitée par des « missions exploratoires » vouées au développement des start-ups à l’étranger.

Ce plan a été présenté en mai dernier par le ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique VIDAL et doit être mis en place à la rentrée universitaire 2019.


Se faire connaître

Vous pouvez vous faire aider par les médias locaux qui relayent volontiers les parcours des startuppeurs, en vous prenant un stand dans un salon professionnel ou en participant à des concours d’entreprises.

Les potentiels investisseurs et partenaires recherchent justement .. des pépites. (J’ai piqué le jeu de mot au magazine Dossier Familial.)

Vous pouvez aussi développer votre communication sur les réseaux sociaux. On le sait, Internet regorgent de millions de possibilités, il suffit que votre idée soit innovante, avec votre petit truc en plus, et vous êtes sûr de vous faire une petite communauté engagée.

Je peux vous aider à développer votre communication et votre marketing, en réalisant le maximum de votre To Do List hebdomadaire en 1h pour 25 € !

C’est le nouveau service que je vous propose Le To Do Listanea !

Monter sa start-up quand on est étudiant - Assistanea

Rejoins la #TeamAssistanea et reçois ton accès à la Biblio’nea

Tu auras accès à toutes les astuces sur la délégation
&
autres templates et checklists ! 

Chargement …
Yeah ! Tu fais parti de la #TeamAssistanea
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s